SIMPLIFIER SA VIE

Je crois que ce n’est jamais une seule et unique cause qui motive nos actes, nos décisions mais un ensemble très complexe, une mosaïque de pensées, d’évènements, de rencontres de toute nature (humaine, littéraire, cinématographique et bien d’autres…. ).

On porte en nous le germe d’une métamorphose, comme un vague ressenti … on tâtonne, on hésite, on sent que quelque-chose se termine et que quelque-chose de différent est en train de naître… et puis, un matin, on est prêt pour l’aventure : c’est maintenant ! Et l’on fait prendre à notre vie une autre orientation.

Ce peut-être un changement radical et brutal ou le début d’une lente et douce transformation. A chacun son tempo. Une chose nous est certaine, rien ne sera plus vraiment « comme avant ».

Rien de grave !

Un certain ras-le-bol s’était installé en moi ces dernières années et , maintes fois, j’ai eu l’envie de partir loin-très-loin, sur une ile déserte, sans bagages et les pieds nus …(vous voyez, hein ? )

Non, rien de grave, juste une envie d’ « allégement ».

J’avais déjà remarqué, lorsque j’avais été contrainte de laisser derrière moi quantité de meubles et objets divers, que j’éprouvais un plaisir véritable à pratiquer des coupes franches dans mes possessions.

C’était un soulagement étonnant, une joie imprévue. Tous ces mètres cubes de «choses» accumulées m’étouffaient silencieusement.

Un jour, j’ai définitivement abandonné l’écran télé. Adieu !
Je me suis sentie libérée une fois encore.

Je récupérais du temps, beaucoup de temps, pour « autre chose », je désencombrais mon cerveau des messages qui me disaient ce qu’il convenait d’ acheter ou de penser, des messages qui me dictaient la bonne manière de vivre et même de quoi ou de qui avoir peur …. inévitablement manipulée… (même si je prétendais alors être un public vigilant, critique et averti!)

Au fil de mes lectures et de mille petites expériences quotidiennes, a grandi en moi une prise de conscience plus aigüe de l’absurdité de notre système d’hyper-consommation, de notre esclavage aux objets et aux énergies qui s’épuisent.

J’avais cette impression de ne plus avoir le choix, d’obéir à des injonctions et de ne vivre que pour enrichir les multinationales….tout ça s’entassait lentement en moi au fil des jours.

Puis est venu le temps de l’action et du changement.

Il ne s’est pas agi d’adopter un mode de vie ascétique ou de survivre dans une grotte, mais bien de ne conserver que ce qui correspond réellement à ce que je suis et de n’acquérir que ce qui est un réel « plus » pour moi : aller, à mon rythme, vers une vie moins encombrée, moins dépendante et plus en accord avec mes convictions.

Simplement…plus libre!


Un livre (uniquement en anglais, je crois) : Material World de Peter Menzel qui rassemble les portraits de 30 familles de 30 pays différents, entourées de leurs possessions :
(cliquez sur l’image pour en savoir plus)

Votre commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *