LES RELATIONS

Lorsqu’on se trouve dans une démarche minimaliste, le « tri » n’impacte pas uniquement les objets mais tous les domaines de la vie, et nos relations en font partie.

Le plaisir de vivre passe par des relations enrichissantes et sincères.

Les personnes que nous fréquentons le plus influencent notre façon d’être et de penser. Leur regard sur nous, leur vision du monde, ont un impact sur notre propre vision de nous-même, sur notre attitude, nos pensées, sur notre sérénité.

Nous sommes perméables à notre environnement. Voilà pourquoi nous devons choisir avec soin les personnes qui nous entourent.

J’ai lu que les 5 personnes que nous fréquentons le plus nous influencent au point que nous en serions une sorte de « moyenne ». Identifions donc ces cinq personnes.

Chacun évolue à son rythme, vous, moi et donc vos/mes relations. Aussi est-il important de ne pas rester dans une relation qui nous nuit, qui nous blesse ou dans laquelle nous sommes les seuls pourvoyeurs.

Il ne s’agit pas de désigner les personnes « mauvaises » de votre carnet d’adresses mais bien les RELATIONS qui ne sont pas bonnes pour vous. On parle bien sûr ici de « souffrance » et non de simples petits détails désagréables (rappelons-nous d’accepter les autres dans leurs différences). Il ne s’agit pas , bien sûr, de ne fréquenter que des personnes qui seraient des sortes de clones ou qui répondraient à tous nos désirs !!

Identifiez les relations qui vous rendent mal à l’aise ou qui vous font véritablement souffrir et commencez par proposer à la personne , en toute clarté, d’apporter des changements dans son comportement blessant ou vampirisant, afin que la relation s’améliore.
Si la personne ne souhaite rien changer, si c’est « à prendre ou a laisser »….alors laissez !

Posez-vous certaines questions, définissez vos critères : qu’est-ce-que l’amitié pour moi ? et l’amour ? A qui puis-je accorder ma confiance pleinement?

Et au travail ? Ce travail a-t-il du sens ? ai-je envie de changer quelque-chose ? Osez vous exprimez avec bienveillance auprès de ce collègue, de cet employeur qui vous pourrit la vie. Peut-être n’a-t-il aucunement conscience que son comportement vous blesse quotidiennement. Et si ce travail est un enfer, le temps n’est-il pas venu d’en chercher un autre avant le burn-out ou la dépression ?

Et dans votre couple, comment vous sentez-vous ? Mal ? Avez-vous le sentiment d’avoir tout dit, tout proposé, tous essayé ? Si la réponse est oui, la question essentielle sera bien celle-ci : je continue ou j’ arrête ?

Une relation se nourrit. Chaque personne impliquée dans la relation se doit de nourrir le lien afin de le conserver vivant et afin qu’il demeure une source de joie, de bien-être pour chacun.

Bien sûr, la Vie apporte son lot d’épreuves,  et il n’est pas question de cesser une relation parce que la personne rencontre des difficultés. Au contraire, le soutien est de mise . Un jour, peut-être, aurez-vous besoin de son aide pour franchir un cap difficile ?

Il ne s’agit pas (faut-il le préciser ?) d’abandonner votre meilleur ami dépressif parce que vous ne le trouvez plus très drôle, ni votre mère vieillissante devenue moins dynamique, ni même votre conjoint qui se retrouve au chômage brutalement et qui déprime.

Non, je parle ici de faux amis, de famille réellement toxique, de profiteurs… qui vous étouffent, vous écrasent, vous vident et qui répondent absents quand vous avez besoin d’un peu d’aide. Je parle ici de relation amoureuse violente, psychologiquement ou physiquement.

Faire le tri de ses relations ne s’apparente nullement à une démarche égoïste ou de confort personnel : le discernement est essentiel !

Mais peut-être  …
-que sur les 250 amis Facebook, certains n’ont rien à faire dans votre liste,
-que cet homme qui vous insulte régulièrement , vous frappe peut-être, tout en prétendant vous aimer plus que tout doit sortir de votre vie,
-que ce père qui a voulu vivre sa vie, libre de toutes responsabilités et engagement, qui vous a abandonné enfant, ado ou jeune adulte et qui revient vers vous , désormais malade ou vieillissant, a d’autres projets pour vous que de vous offrir un amour soudainement révélé !

Prenez un temps de réflexion pour comprendre le « pourquoi » de certaines relations et pour identifier votre rôle au sein de celles-ci. Puis passez à l’action.

Instaurez le dialogue positif avec certains, éloignez-vous d’autres mais toujours dans le respect. L’Autre n’est pas « mauvais », mais à l’évidence la relation  n’a plus de raison de se poursuivre.

Pourquoi accabler l’autre ? Cela ne vous convient plus : un point c’est tout ! Dites-le lui simplement et respectueusement.

Avant de vous pencher sur la sphère intime, commencez peut-être par les réseaux sociaux et n’ayez pas peur de ne compter au final qu’une vingtaine d’ amis sur Facebook ou Instagram. Ce n’est pas le nombre d’amis virtuels qui fait votre valeur !

Continuez ce « tri » dans votre répertoire de smartphone. Avec qui n’avez-vous que des relations purement SMS insatisfaisantes ? qui ne vous a pas téléphoné  (et que vous n’avez pas appelé non plus) depuis une éternité ? Faut- il continuer ?

Pour les personnes plus proches de vous : qui vous soutient? qui reconnait vos qualités ou au contraire qui vous juge ? qui ne réapparait uniquement que par besoin d’un service ?

Et enfin la question qui me semble essentielle… et vous ? et moi ? suis-je trop exigeant, intolérant, égoïste ? N’ai-je pas des attentes trop élevées ? Quels changements puis-je opérer sur moi-même afin que la relation soit enrichissante ? car nous le savons tous : nous ne changerons pas l’Autre. Nous n’avons de pouvoir que sur nous-même…

Personnellement, ce n’est qu’assez récemment que j’ai remis en cause ma capacité à choisir les personnes à qui j’accordais ma confiance et auxquelles je consacrais ce que j’avais de plus précieux : mon temps.

J’ai toujours souhaité être une personne disponible et fait en sorte de l’être, me sentant parfois envahie par les autres, mais cela me semblait être ce qu’il convenait de faire pour apporter ma pierre à l’édifice d’une relation amoureuse, familiale ou amicale ; me sentant parfois envahie à ne plus avoir assez d’espace pour ma propre vie.

Comme pour les choses matérielles que je laisse entrer dans mon appartement , rarement et après mûre réflexion, il en est désormais de même avec mes relations.

J’ai compris, au fil des expériences, que le monde ne va pas s’effondrer de mon indisponibilité temporaire. Je redeviens disponible à moi-même (ce que j’aurais pris autrefois pour de l’égoïsme). Ce temps est le mien, il m’appartient pleinement . Je dois être plus attentive à la façon dont je l’utilise et surtout à qui je l’offre.

Finalement merci à ceux qui m’ont lâchée sans dire « au revoir », merci à ceux qui ont abusé ou qui m’ont trahie… merci à eux pour cette prise de conscience !

Je vous souhaite (et me souhaite) de belles rencontres et une belle route vers des relations sincères, authentiques et bienveillantes !


Un film de Claude Sautet (1974) qui nous parle d’amitié. A voir ou à revoir …