Je m’allège : LE DRESSING

L’industrie de la mode a pris une expansion incroyable et nous en sommes arrivés à une sur-consommation délirante de vêtements qui sont devenus, au fil du temps, pour beaucoup, de piètre qualité et rapidement démodés.

Outre ce que cette sur-consommation génère en terme d’épuisement des ressources de la planète, de pollution de l’environnement et de mise en esclavage d’un grand nombre d’ouvriers du textile, l’industrie de la mode, par le biais d’un marketing à outrance, a fait de nous des « suiveurs de tendances » plus que des utilisateurs avertis de vêtements qui seraient à la fois fonctionnels, de qualité et l’expression véritable de notre personnalité. Ce phénomène allant jusqu’à créer une véritable addiction…

Lire la suite « Je m’allège : LE DRESSING »

TOUJOURS MOINS

La première vague de tri a été assez simple pour moi, elle s’est plutôt apparentée à un grand ménage de printemps, bien plus qu’à une véritable recherche de l’Essentiel (avec un grand « E »).

J’ai empli la poubelle de choses détériorées ou périmées, de vieux papiers ou de fonds de pots…. finalement c’était facile !

C’est vrai que déjà, on se sent mieux, plus légère….

Bon …ça …c’est fait !
Lire la suite « TOUJOURS MOINS »

RIEN AU SOL !

Les Shakers m’inspirent beaucoup dans ma recherche d’une vie plus simple, par l’intelligence, la beauté et la sobriété de leur style de vie et de leur artisanat.

Pour commencer mon désencombrement (car c’est vrai que c’était la panique totale quand il s’est agi d’attaquer le bazar), ils m’ont bien inspirée.
Lire la suite « RIEN AU SOL ! »

LE PREMIER PAS

Il n’y a pas de règles véritables au désencombrement, il faut juste décider de commencer à en emprunter le chemin.

Pour cette toute première étape d’envergure (mais depuis combien de temps me suis-je laissée envahir par les objets ?!) , j’ai entamé en parallèle une période sans achats, sauf nécessité bien sûr.
Lire la suite « LE PREMIER PAS »

ADIEU FACEBOOK !

J’étais sur Facebook depuis 2010.

A cette époque, je considérais ce réseau comme un fantastique moyen de communiquer, de « m’ouvrir au Monde ».

Je pratiquais alors la photo de rue de manière quasi-quotidienne et j’ai eu deux années d’échanges enrichissants. Je faisais partie d’un groupe virtuel de photographie : nous échangions des techniques, des conseils. Un thème était proposé chaque semaine et chacun mettait sa photo en ligne, les autres membres du groupe commentaient. J’ai appris des tonnes de choses! Nous avons organisé des rencontres-photo à Paris. C’était vraiment formidable ! j’en garde un très bon souvenir et puis … vous savez… rien ne dure…
Lire la suite « ADIEU FACEBOOK ! »