BACK TO THE ROOTS !

Si pour certains « le lundi c’est ravioli », le dimanche, pour moi, c’est très souvent jardinage (ça ne rime pas, c’est ballot).

Je vis donc désormais avec quelques co-locataires : herbes aromatiques, succulentes, cactus, kentia, citronnier, papyrus, ficus, « misère » (eh oui !), « plante araignée » (chlorophytum)…

Bien évidemment la famille va s’agrandir mais, novice que je suis, celles-ci me demandent déjà quelques bonnes heures de bichonnage.

Dimanche serein, pieds nus chez moi, à prendre soin de ce petit monde, sur fond de musique douce : un vrai moment zen et de pure détente.

Essayez, vous verrez !

La musique, mes plantes adorent, mais ce qu’elles aiment surtout ce sont ces trois indispensables :

  • le bon dosage en eau
  • la bonne température
  • le bon dosage en lumière

et pour donner à chacune de vos petites protégées ce dont elle a besoin, il faut s’intéresser à ses conditions de vie en milieu naturel et tenter ainsi de lui offrir les soins adaptés. Passionnant, non ?

Il y a quelques règles de base communes à la majorité des plantes :

  • rempoter après l’achat,
  • utiliser le terreau qui lui convient : terre de bruyère, terreau spécial (cactées, agrumes, plantes fleuries etc ..) ou, à défaut, du terreau universel
  • se souvenir que trop de soleil brûle le feuillage
  • ne pas installer une plante près d’un radiateur
  • brumiser régulièrement son feuillage (dessus ET dessous)
  • n’arroser que si elle a soif (pas trop soif quand même !)

Voici le déroulement de mon petit bichonnage végétal :

D’abord donc : la musique, puis je regroupe les plantes et les outils.

  1. La taille : je coupe les branches mortes, les feuilles abîmées ou les fleurs fanées. Outil : un sécateur
  2. Le griffage : je griffe la terre sur le dessus des pots ce qui lui permet de se « décroûter » et de s’aérer. Selon la grandeur du pot, je le fais avec une griffe ou une vieille fourchette dédiée
  3. L’arrosage ou le bassinage (si gros manque d’eau) : j’arrose ensuite copieusement la plante et la laisse bien s’égoutter (pas d’eau restant dans les soucoupes !)
  4. Le lavage des feuilles : la poussière empêche les plantes de respirer et de bien capter la lumière, aussi faut-il nettoyer régulièrement le feuillage (dessus ET dessous)
  5. La brumisation de tout ce beau monde (outil : un pulvérisateur)
  6. Je les réinstalle et me prépare un thé

Ponctuellement, on apporte un peu d’engrais (bio c’est mieux) ou on rempote .

L’apport d’engrais : Il est nécessaire car les matières organiques présentes dans la terre pour nourrir la plante ne sont pas inépuisables. Un apport d’engrais (une semaine sur deux) aux saisons intermédiaires (printemps/automne), après le griffage, et avant l’arrosage, fournira des nutriments à la plante.
En été, elle est en général parfaitement heureuse sans ajout et en hiver elle entre en sommeil … donc : pas d’engrais.

Le rempotage :
Le rempotage doit être systématique quelque soit la saison, juste après l’achat, a fortiori si son pot est en plastique. Un pot en terre cuite est idéal.

Il est également nécessaire si le pot devient trop étroit pour contenir les racines (le début du printemps est la saison parfaite) ou, en cas d’urgence, pour sauver une plante mal en point (un nettoyage de ses racines et un apport de terreau neuf lui feront le plus grand bien).

C’est tout bête, mais ce combo : marcher pieds nus et être en contact avec la terre, l’eau, les végétaux … c’est fou le bien que ça fait …

Back to the roots baby !


… et une petite vidéo pour fabriquer votre engrais maison :

 

Votre commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *